Vous décidez de vous lancer dans une nouvelle formation, ou vous êtes en train de la terminer ?

Je vous parle aujourd’hui de manière un peu moins formelle d’un sujet qui m’a concerné grandement en tant que sophrologue, mais qui peut bien sûr toucher d’autres disciplines du bien-être (coaching, naturopathie, …) : la certification RNCP.

Attention, il s’agit là de mon ressenti personnel sur le sujet !

Avatar de Camille CARREL

Camille Carrel, Sophrologue et hypnothérapeute sur Grenoble

Accueil » Mon retour autour de la certification RNCP en tant que sophrologue

La certification RNCP, qu’est ce que c’est ?

Définition du RNCP

Le RNCP, c’est le Répertoire National des Certifications Professionnelles. C’est un organisme qui recense tous les diplômes reconnus en France et délivrés par l’Etat. Ce répertoire classe les formations par niveaux (du VI au I). Cela correspond grosso modo à des échelons de niveau bac+.

La fonction première du titre RNCP, c’est de savoir si une formation est reconnue par l’Etat, et adaptée au marché de l’emploi. On peut d’ailleurs vérifier cela sur le site de France Compétence qui s’occupe depuis quelques années de ces certifications.

ATTENTION AUX CONFUSIONS ! Cela ne veut pas dire qu’une formation éligible au RNCP concerne une profession réglementée, comme un diplôme d’Etat ou quelque chose qu’on pourrait acquérir au cours d’un cursus universitaire par exemple ! Une certification RNCP est censée garantir un certain niveau de qualification professionnelle, mais elle n’est pas gage d’un niveau académique (vous comprenez la nuance ?).

Qui cela concerne donc ?

Tous les établissements de formation, qu’ils soient privés ou publics, peuvent soumettre leur dossier de certificat auprès du RNCP. Un organisme peut prétendre à l’obtention d’une certification RNCP pour une durée maximale de validité de 3 à 5 ans. Le titre est reconductible bien sûr si l’Etat considère que les conditions requises pour en bénéficier sont toujours d’actualité. Voici ici un article sur mon organisme de formation en sophrologie qui vient justement d’en faire la demande de renouvellement.

De principe par contre, toutes les formations universitaires qui délivrent un diplôme d’état sont directement inscrites au RNCP. Elles n’ont pas à passer par la case de demande d’obtention de ce titre.

Quels sont les intérêts alors, pour les formations d’être inscrites au titre RNCP ? Et bien les financements ! Une formation qui offre à la fin du parcours la possibilité de passer ce titre, est souvent éligible à la prise en charge par le CPF (compte professionnel de formation). Cela veut dire le financement de ces formations peut être en partie pris en charge par des employeurs ou Pôle Emploi. C’est un atout non négligeable lorsque souhaite se former !

Le passage de la certification RNCP

Principe

Le but de cette certification on l’a vu, c’est de faire valider certaines compétences et acquis pour que l’Etat puisse reconnaître que la formation qui le propose est une « formation sérieuse ».

C’est donc un examen à passer en fin de cursus devant un jury de professionnels. Ce jury a des critères de validations stricts préalablement définis lors de l’obtention du titre RCNP auprès de France Compétence. Les modalités d’examen varient bien sûr selon les organismes de formation, pour ma part il s’agissait d’un examen composé :

  • de 2 épreuves pratiques : une mise en situation d’un exercice de sophrologie + 1 interrogatoire fictif d’une premier entretien ;
  • 1 exposé oral basé sur un support écrit : c’est un compte-rendu de stage qui relate les accompagnements en sophrologie faites auprès de personnes volontaires à la fin de la formation.

Mon passage en pratique

Comme le permis de conduire, je conseille aux praticiens qui souhaitent passer ce titre de le faire le plus tôt possible à la fin de leur cursus. Pourquoi ? Pour ne pas avoir le temps de laisser s’installer ce que j’appelle des mauvaises habitudes !

Après la fin de ma formation, je me suis très vite détachée de certaines choses qu’on m’avait enseigné. Certains exercices ou manières de faire ne me convenaient tout simplement pas. Mais ATTENTION, le but du RNCP, c’est d’être évalué sur ce qu’on a acquis au cours de la formation ! Mon objectif était donc de passer la certification le plus tôt possible pour en être débarrassée ! Je pouvais ensuite trouver ma propre manière de travailler. Jje le dis et le redis aux pro du bien-être que j’accompagne en ateliers comm’ : si ce que vous proposez à vos clients ne vous parlent pas ou ne vous correspond pas, cela ne parlera probablement pas à vos clients, car cela se ressentira dans votre manque d’aisance ou d’enthousiasme.

Pour autant, on peut très bien passer la certification quelques mois voire années après. Même si avec le temps on s’éloigne de l’enseignement transmis, cela laisse le temps d’avoir plus de pratique derrière soi.

La certification RNCP dans la pratique

Ma patientèle

Cela fait maintenant plus de 2 ans que je suis installée en tant que sophrologue dans ma ville. Ayant eu mon titre RNCP 4 mois après mon installation, je n’ai pas vraiment de retour avant/après à vous communiquer. Et puis surtout, je venais tout juste de débuter mon activité.

Ce que je constate en revanche, c’est que très peu de patients (je dois même dire aucun de mémoire !) ne mentionne ce titre. Personne n’a jamais mentionné le fait que ma certification le rassurait, qu’il était venu me voir car j’étais certifiée. Ce qui les rassure, c’est mon ancien métier de sage-femme (j’avais écrit un petit article de blog sur ma reconversion si vous êtes curieux). A choisir avec la certification RNCP, c’est bien l’élément que je choisis de mettre en valeur !

Je le rappelle, la sophrologie est une DISCIPLINE NON REGLEMENTEE (comme la plupart des disciplines dans le bien-être). Cela signifie que tout le monde peut devenir sophrologue ! Tout le monde peut, avec ou sans formation certifiée, poser sa plaque professionnelle sur la façade d’un immeuble. En parlant de plaque professionnelle, je pense sincèrement que les personnes ne font pas de différence entre une plaque qui mentionne  »sophrologue certifié RNCP » et « sophrologue ».

Les mutuelles

C’était un avantage sérieusement mis en avant par les organismes de formation pour la certification. les mutuelles rembourseraient davantage les séances de sophrologie lorsque le praticien est certifié RNCP. C’est bien pour cela que j’avais donc choisi un organisme de formation qui la proposait ! C’est bien pour cela aussi que les établissements qui proposent des formations éligibles au RNCP sont plus chers (business business).

Et bien dans la réalité, cette histoire de mutuelle… c’est faux. Enfin non. Certaines mutuelles demandent bel et bien que le praticien soit certifié pour prendre en charge quelques séances par an. C’est le cas par exemple de la MGEN, celle des profs, qui demande aussi une ordonnance du médecin traitant. Sauf qu’à part celle-ci et peut-être une autre, et bien non. Les mutuelles ne l’exigent pas. Cet avantage tant mis en avant ne reflète donc pas vraiment la réalité

Surtout qu’en général, les personnes qui viennent me voir ne savent pas qu’une prise en charge par la mutuelle est possible. Ils sont agréablement surpris lorsque je le mentionne lors du tout 1er rdv. Ils ne sélectionnent donc pas leur thérapeute sur ce critère !

Un élément pour asseoir notre légitimité ?

Je me pose ainsi la question de l’intérêt de la certification RNCP, autre qu’un élément très commercial (et un peu mensonger) pour les organismes de formation ? A mon sens, c’est peut-être quelque chose qui rassure davantage le thérapeute que son patient/client. 

Car cela peut constituer une piste pour vaincre ce foutu syndrome de l’imposteur (ma collègue Ambre écrira bientôt un article consacré à ce sujet d’ailleurs), pour asseoir notre propre légitimité. N’oublions pas que c’est une certification qui clotûre un parcours de formation. Comme une attestation ou un diplôme qui valide en quelque sorte les compétences qu’on nous a enseigné. Ce n’est pas parce que nous ne réussissons pas l’examen du RNCP que nous sommes de mauvais thérapeutes. Bien sûr cela peut nous rassurer en tant que futur praticien sur des acquis et savoir-faire ou savoir être intégrés.

Pour ma part, je ne me posais à l’époque de mon installation aucune question car je n’avais pas de recul sur cette certification. Je croyais que c’était indispensable et point barre. Je ne sais pas si je changerai d’avis à l’heure actuelle, de mémoire la certification n’était pas très onéreuse (une centaine d’euros). Cela m’avait en plus permis d’avoir un objectif pour travailler avec des cobayes et lancer mon activité.

La certification RNCP, pour aller plus loin

Etre certifié RNCP dans le doute …

J’ai aussi entendu ce discours de la part de plusieurs de mes collègues sophrologues : “autant passer la certification RNCP (si notre formation le permet bien sûr), dans le doute où, dans quelques années, la profession devienne réglementée”. Avoir cet “acquis” permettrait d’être plus serein quant à l’avenir pour ne pas avoir à repasser quelque chose ou à prouver qu’on est légitime.

Surtout dans la période actuelle où nos disciplines dans le bien-être sont de plus en plus pointées du doigt et dans le collimateur de la société (puisqu’elles ne sont pas réglementées, tout le monde encore une fois peut se prétendre sophrologue et s’installer, la naturopathie par exemple a beaucoup souffert de l’actualité récente !)

Pour le coup, ayant passé la certification dès la fin de mon cursus je n’ai pas trop à me poser cette question. Mais rien n’empêche que les règles changent, et qu’on se retrouve tous confronté à devoir ‘’prouver” nos compétences, mais je me demande bien sur quels critères 😉 On verra bien !

Le débat est ouvert !

Allez, j’ose ouvrir un peu le débat autour d’ailleurs de ce sentiment de légitimité parmi les praticiens du bien-être, car il y a bien une GUERRE qui s’opère en interne sur ces processus de formation ! Sur la certification certes, on vient d’en parler tout au long de cet article. 

Mais également autour de l’organisme de formation en question : les caycédiens, les non caycédiens, les échanges peuvent être très virulents sur internet entre ces deux courants de sophrologie et c’est très dommage ! Pour d’autres disciplines c’est la même chose, les différentes écoles et praticiens issus de ces écoles en viennent vite à se dénigrer entre eux et à se tirer dans les pattes, alors que c’est simplement d’autres manières de voir les choses.

Également aussi autour du nombre de jour ou d’heures de formation. Je pense qu’on est quand même tous d’accord pour dire qu’apprendre un métier en seulement 3h, ce n’est pas possible. Enormément de formations en sophrologie sont présentes par exemple sur le site de cours en ligne UDEMY, pour des sommes tout à fait modiques et un temps de formation très court ! Mais où mettons-nous le curseur entre un temps de formation court, et un temps long ? Plusieurs mois ? Plusieurs années ? Tout dépend du rythme également de formation envisagé. Beaucoup de formations proposent par exemple un temps réparti sur 2 ans, mais avec peut-être simplement un jour par mois. D’autres formations s’étaleront sur 6 mois, mais avec 4 jours de présence par semaine !

Conclusion

Je pense que cette certification RNCP n’est clairement pas indispensable à notre exercice pour le moment. Il faut bien être lucide sur le fait que c’est un “élément marketing” mis en avant par les organismes de formation. Sur le terrain, les patients ne font pas ou très peu la distinction entre un praticien certifié ou non certifié.

Ce qui rassure le plus un potentiel patient à mon sens, c’est la mention sur des supports comme le site internet (vous pouvez lire l’article de blog qui parle de ce sujet ici !) plusieurs info : les formations suivies, le nombre d’heure de formation peut-être et en quelle année, des spécialisations qui ont été effectuées… Cela démontre le sérieux du praticien, l’investissement en temps et énergie qu’il a mis dans ce processus de formation ou de formation continue ! Mais qu’il soit certifié ou non, je crois que cela n’a pas énormément d’importance au final pour les clients.

Et vous, que pensez-vous de la certification RNCP ?

Au plaisir d’échanger avec vous sur le sujet !

Camille

Accueil » Mon retour autour de la certification RNCP en tant que sophrologue

Cet article vous a plu ? Allez encore plus loin en réservant un atelier de communication digitale !

Pour prendre plaisir à communiquer autour de votre activité et assurer votre visibilité sur le web, avec des outils simples et en toute autonomie. Apprenez à mettre en place une stratégie de communication digitale efficace et à moindre coût !

  • Site internet, fiche google business, référencement SEO sur le web…
  • Supports de communication, utilisation des réseaux sociaux…

Des ateliers de 2h (80€), en présentiel ou en visio, pour répondre de manière personnalisée à vos demandes et besoins en matière de communication. Vous repartez de l’atelier avec des fiches pratiques qui récapitulent les notions abordées ensemble, et vous bénéficiez d’un suivi-coaching dans les suites de l’atelier si vous avez des questions !

Camille Carrel

Vous pouvez aussi consulter l’ensemble de nos offres d’accompagnement.